Tout est en équilibre parfait

(kusen : enseignement donné dans le dojo)

Le jour qui se lève ne rencontre pas d’obstacle.

Le printemps qui succède à l’hiver ne rencontre pas d’obstacle. Tout, dans l’univers se déploie dans la fluidité, sans volonté, sans intention. Toute chose apparaît et disparaît naturellement dans la fluidité. Tout est en équilibre, naturellement.

C’est parce que tout est en équilibre que le soleil se lève chaque matin, exactement à l’heure, sans volonté, sans intention.

C’est parce que tout est en équilibre que le printemps succède à l’hiver, naturellement, et que la mort succède à la vie. Tout est parfait tel que c’est.

L’univers est en équilibre de toute éternité ; dans cet équilibre parfait, nul besoin d’intervenir, rien à contrôler, rien à diriger. Dès que l’on cherche à intervenir, on crée le déséquilibre.

À chaque instant, des milliards de phénomènes apparaissent et disparaissent. L’univers est une formidable énergie, sans cesse en mouvement. Nous sommes issus de cette formidable énergie, une forme qui apparaît, une forme qui disparaît.

Zazen, c’est revenir à la nature réelle de notre existence ; cela procède de cette formidable énergie ; ça n’en est pas séparé.

Revenir à la nature réelle de notre existence, avant que l’idée du moi n’apparaisse. Dès qu’apparaît l’idée du moi, il y a séparation, discrimination : moi et les autres, moi et le reste de l’univers ; moi, je suis à part.

Mais la réalité n’est pas cela ; la réalité, c’est que nous sommes une forme de l’univers parmi des milliards d’autres formes qui procèdent de cette énergie, en étroite interdépendance. Tout est en équilibre, tout fonctionne parfaitement, sans intention, sans volonté.

La réalité, c’est que nous sommes une forme dans cette réalité, et qu’on ne peut pas s’en extraire, si ce n’est en imagination.

Pratiquer zazen, c’est revenir à notre réalité profonde, cette nature profonde qui est en unité avec toutes choses, parfaitement en équilibre, comme le soleil et la pluie, comme le jour et la nuit, comme les montagnes et les rivières, comme la vie et la mort ; parfait équilibre, esprit vaste, silence profond, formidable énergie.

Hosetsu Laure Scemama.